Splashforum

Forum Généraliste

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Lubrizol : vers un scandale d'État

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Splash

Splash
Admin
Admin
Alors que le préfet s’enfonce chaque jour davantage dans sa gestion calamiteuse de la crise, le journal en ligne actu.environnement.com révèle aujourd’hui un élément explosif qui permet de mieux cerner les responsabilités. Le préfet avait autorisé en début d’année l’augmentation des capacités de stockage de produits dangereux dans l’usine Lubrizol à la suite d’un assouplissement de la réglementation décidée par le gouvernement en 2018.

En clair, alors que l’usine vient de connaître le plus grave accident de son histoire et que la santé de dizaines de milliers de personnes est en jeu, on apprend que cette même usine a augmenté ses capacités de stockage de produits dangereux en début d’année. C’est donc directement la responsabilité du préfet, et derrière lui celle du gouvernement, qui est mise en cause par ces révélations :
« En juin 2018, le gouvernement a publié un décret qui réduit le périmètre des projets soumis à évaluation environnementale. Parmi les installations concernées figurent les installations Seveso, qui constituent les installations les plus dangereuses au sein de l’Union européenne, du fait de la quantité de produits dangereux qu’elles mettent en œuvre. Malgré cela, l’exécutif a décidé de soustraire les modifications de ces établissements à une évaluation environnementale systématique pour les soumettre à une procédure d’examen au cas par cas. »

La nouveauté qui résulte de cet assouplissement, c’est qu’il n’est plus nécessaire d’obtenir l’accord de l’autorité environnementale indépendante si une usine classée Seveso désire augmenter ses capacités de stockage. La compétence relève dorénavant du préfet. Deux demandes ont été présentées par Lubrizol en janvier et en juin 2019. Deux fois le préfet a donné son accord et a jugé qu’il n’était pas nécessaire de faire une évaluation environnementale :
« L’établissement Lubrizol de Rouen a bénéficié de ces assouplissements. L’exploitant a présenté deux demandes successives d’augmentation des quantités de substances dangereuses le 15 janvier et le 19 juin 2019. Conformément à la loi Essoc, c’est donc le préfet qui s’est prononcé sur les demandes et non l’autorité environnementale indépendante. Dans les deux cas, il a considéré qu’il n’y avait pas lieu à évaluation environnementale ».

Lubrizol : vers un scandale d'État 34125_10


L'article

https://www.splashforum.com

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum