Que penser des polémiques entourant les compteurs Linky ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Francis Franck

avatar

Modérateur Global
Modérateur Global

MessageFrancis Franck le 31.03.18 8:06

Tenu de moderniser son réseau, Enedis (ex-ERDF), gestionnaire du réseau EDF, s’est lancé dans une opération de remplacement des vieux compteurs électriques par de nouveaux modèles communicants appelés “Linky”. Pourtant, une fronde de certaines municipalités a poussé plusieurs élus à prendre des arrêtés contre leur déploiement.
D’après eux, des interrogations demeurent encore sur le coût réel de ce déploiement, la sécurité des données envoyées et les conséquences pour la santé.
Qu’en est-il vraiment ?




Le compteur électrique Linky, dont l’installation chez les particuliers a commencé en 2015, est un appareil dit « communicant » ou « intelligent ». Il permet au consommateur de participer activement au marché de la fourniture d’électricité, en vertu de la directive européenne 2009/72/CE du 13 juillet 2009. Il permet aussi à l’opérateur de relever la consommation en temps réel et d’assurer la maintenance de l’appareil à distance. Autant de caractéristiques qui le rendent capable de mieux appréhender les pics de consommation et de repérer très rapidement tout incident ou fraude sur le réseau. Mais pas d’éviter un certain nombre de reproches.

Linky serait dangereux pour la santé

La première inquiétude à propos de Linky vient de la technologie du Courant Porteur en Ligne (CPL), sur laquelle il s’appuie pour transmettre les données qu’il collecte. Ce processus émet en effet des radiofréquences de 75 kilohertz. Le débat vient de la classification de ces ondes comme « cancérogène possible » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Toutefois, il faut souligner que pratiquement tous les agents analysés par le CIRC sont reconnus comme soit dangereux, soit possiblement dangereux pour l’homme. En effet, de toutes les études menées par le centre, une seule a conclu à la non-dangerosité d’un agent (le caprolactame).

À l’inverse, après une nouvelle série de mesures sur les générations G1 et G3 du compteur Linky, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) et l’Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (Anses) confirment toutes deux que ces émissions d’ondes sont très faibles, similaires à celles des anciens compteurs : « les niveaux maximaux ont été mesurés à 1 V/m pour le G1 et à 1,8 V/m pour le G3, c’est-à-dire près de 90 fois pour le G1 et près de 50 fois pour le G3 » en dessous du niveau maximal réglementaire de 87 V/m. Concernant le champ magnétique, les niveaux maximaux sont évalués «10 000 fois pour le G1 et 1 000 fois pour le G3 » en dessous de la limite.

Linky permettrait une surveillance accrue de notre vie privée

Seconde doléance adressée à Enedis : le compteur Linky enregistre et communique au gestionnaire un certain nombre de données personnelles de consommation électrique. Il servirait donc, selon ses détracteurs, à collecter ces dernières afin d’établir des profils de consommateurs et de les revendre à des marqueteurs. Ainsi, dans le mensuel Rebelle-santé, le militant antinucléaire et conseiller municipal Stéphane Lhomme (Saint-Macaire, Gironde) accusait les compteurs intelligents de « capter toutes les informations possibles sur nos vies » en vue de les revendre à des « sociétés commerciales qui veulent s’adresser à nous de manière ciblée ».

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), saisie sur cette question, s’était montrée circonspecte et avait souligné un risque dans une délibération datant de 2012. Selon elle, le boitier connecté pouvait permettre de connaitre les heures de lever ou de coucher, le nombre de personnes dans le foyer ou encore les périodes d’absences, une aubaine pour les hackers tendance cambrioleurs. Elle avait alors émis plusieurs recommandations pour éviter toute dérive. Enedis a, selon la CNIL, appliqué depuis toutes ces consignes. En particulier en ce qui concerne le passage à un système d’opt-in pour le partage des données collectées (le consommateur doit, s’il souhaite que ses données soient exploitées afin de se voir proposer des offres sur-mesure, activement cocher une case : « J’autorise expressément Enedis à enregistrer ma courbe de charge »).

Linky coûterait cher aux usagers

L’ancien directeur de la législation fiscale Patrice Cahart tirait la sonnette d’alarme dans une interview au Monde, à propos des « ratés préoccupants dans le déploiement des compteurs intelligents ». Il y affirmait alors que « l’opération Linky s’annonce perdante pour l’économie française ». Considérant les coûts de production et de pose d’un compteur (entre 140 et 240 euros) et les 35 millions de compteurs à remplacer, il estimait l’opération entre 5 et 8 milliards d’euros – et avançait que l’importance de la somme impacterait le modèle économique d’Enedis, ce qui affecterait les usagers via leurs factures.

C’est toutefois inexact. D’abord, « Enedis ne peut pas facturer au titre d’une prestation qui correspondrait à la pose du compteur », comme le souligne une enquête de l’UFC-Que Choisir. De plus, il a été établi que ce remplacement serait entièrement supporté par Enedis, et serait donc indolore pour le consommateur. L’opérateur a préalablement calculé les marges de gains et de pertes afin de se rembourser grâce à la meilleure gestion du réseau permise par le compteur Linky (diminution des pertes, meilleur ciblage des investissements, économies en termes de déplacement de techniciens…). Une approche validée par un étude coûts-bénéfices réalisée par la commission de régulation de l’énergie (CRE).

http://www.lemondedelenergie.com/linky-polemique-capital/2017/11/24/
Francis Franck

avatar

Modérateur Global
Modérateur Global

MessageFrancis Franck le 06.05.18 7:05

Le Syndicat d'Énergie Départemental de l'Aveyron (SIEDA), autorité administrative d'Enedis, vient d'être mis en demeure par 140 usagers aveyronnais...

Entre les collectifs aveyronnais anti-Linky et le SIEDA, le torchon brûle ! L'avocat des collectifs de citoyens aveyronnais (nord-Aveyron, ouest-Aveyron, Vallon, Saint-Affricain et Millavois), Maître Jean-Sébastien Boda, vient d'envoyer au Syndicat d'Énergie Départemental de l'Aveyron (SIEDA) une lettre de mise en demeure à propos des compteurs Linky. Cette mise en demeure "est la première étape d'une procédure en justice si le SIEDA ne donne pas suites aux arguments présentés par Maître Boda", témoigne dans un courrier le collectif du Vallon d'information sur les compteurs. "Pour mémoire, poursuit le collectif, le SIEDA refuse de dialoguer avec les citoyens depuis une année, et ce malgré les lettres de demande de rendez-vous de plusieurs communes et d'une lettre du Député Les Républicains Arnaud Viala souhaitant favoriser ce dialogue", dit encore le communiqué.

Le courrier du syndicat

Quatre points essentiels

Selon le collectif, celle-ci "pourrait depuis deux années intervenir dans le déploiement des compteurs Linky, et éviter toutes les tensions, parfois violences, qui existent dans ce déploiement." Maître Boda, de son côté, explique, la démarche qui anime les 140 aveyronnais :

-  "En premier lieu, mettre en demeure immédiatement et à titre conservatoire le concessionnaire de cesser de procéder illégalement au déploiement forcé des dispositifs de comptage intelligent dit « Linky » sur le périmètre de la concession du SIEDA, c'est-à-dire sans le consentement préalable et éclairé des usagers".

- "En deuxième lieu, sur le fondement juridique susmentionné, de diligenter un contrôle sur le fondement des stipulations du cahier des charges de la concession, afin d'établir la quantité précise de dysfonctionnements graves relevés dans le présent courrier qui se sont produits à l'occasion du déploiement des dispositifs de comptage intelligent dit « Linky » sur le périmètre de la concession du SIEDA par des sous-traitants du concessionnaire et de pouvoir mettre le concessionnaire en demeure d'y mettre fin."

- "En troisième lieu, de bien vouloir imposer au concessionnaire de respecter les stipulations du cahier des charges de la concession."

- "Enfin, en quatrième lieu, je vous prie de bien vouloir me faire parvenir copie du contrat de concession de distribution publique d'électricité qui vous lie à la société ENEDIS, ensemble son cahier des charges et ses annexes, ainsi que les avenants qui auraient pu être signés."

http://www.centrepresseaveyron.fr/2018/05/03/compteurs-linky-une-centaine-dusagers-aveyronnais-mettent-en-demeure-le-sieda,3984564.php
Claude Galtier

avatar

Splashien confirmé
Splashien confirmé

MessageClaude Galtier le 14.10.18 12:54

Un compteur électrique Linky a explosé et entraîné un incendie dans un pavillon dans le Loiret, samedi 13 octobre. "C'est l'explosion du compteur qui a provoqué l'incendie", affirme le commissariat de Chalette-sur-Loing (Loiret). Le compteur nouvelle génération avait été installé une quinzaine de jours plus tôt. L'incendie n'a pas fait de blessé mais il a fortement endommagé le pavillon, occupé par un couple de retraités, qui a été relogé chez son fils.

Lire la suite...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Créer un compte ou se connecter pour répondre

Vous devez être membre pour répondre.

S'enregistrer

Rejoignez notre communauté ! C'est facile !


S'enregistrer

Connexion

Vous êtes déjà membre ? Aucun soucis, cliquez ici pour vous connecter.


Connexion

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum